La carte des Beffrois

Actualités

Armentières
MONTEZ QUAND VOUS VOULEZ!!!

Vous êtes au moins 2 et vous souhaitez monter au beffroi...passez nous un petit coup de fil pour prendre rendez-vous et nous mettons un guide à votre disposition (du mardi au samedi). Tarifs : 3€ par personne 1€ pour les enfants de 6 à 12 ans.

Office de Tourisme d'Armentières - 33 rue de Lille 59280 Armentières - Tél : 03.20.44.18.19

ot.armentieres@wanadoo.fr   www.armentieres.fr/tourisme


En savoir plus >

Newsletter
Inscrivez-vous  
Désinscription
> L'architecture et les décorations des Beffrois > Cloches et carillons > Les carillons - En savoir plus


Les carillons

Cliquez pour fermer le zoom

C’est un habitant de Douai qui imagina le premier, en 1391, de «batteler» les cloches du beffroi à l’aide de petits maillets en bois, «les clipotiaux», dans le but de créer une mélodie : c’est le début des carillons manuels et sans clavier.

Par la suite, cloches et claviers sont reliés par un système de tringles et le carillonneur actionnait les marteaux en frappant les petits leviers du clavier avec la tranche de la main. Ces claviers, dits «à coups de poing», se sont développés au cours du XVIème siècle.

Le siècle suivant a vu le développement de carillons mécaniques, plus perfectionnés et fonctionnant avec l’horloge. Certains carillons plus récents sont électrifiés, dépourvus de tout clavier manuel et donc totalement autonomes.


Les premiers carillons, manuels et sans clavier, nécessitaient la présence dans le beffroi de plusieurs personnes.

Par la suite, cloches et claviers sont reliés. Puis, les cloches lourdes développées à la Renaissance tel le bourdon vont nécessiter l’usage d’un pédalier en complément du clavier. Le siècle suivant a vu le développement de carillons mécaniques, plus perfectionnés et fonctionnant avec l’horloge. Ils permettent de jouer des ritournelles aux heures et quarts. Chaque cité avait ainsi un ou plusieurs airs locaux qui se sont bien souvent perpétués jusqu’à aujourd’hui (ex : les airs de Gayant à Douai).

Aujourd’hui, certains carillons sont électrifiés donc totalement autonomes. Cependant, cette modernisation est peu étendue puisque le XXème siècle a vu se développer un mouvement de reconquête patrimoniale et un nouvel essor du carillon. Aujourd’hui, les communes qui en sont propriétaires essaient dans la mesure du possible de leur rendre vie grâce aux claviers manuels et aux concerts de plus en plus fréquents. Au même titre que les carillons eux-mêmes, les ritournelles et sonneries représentent une partie du patrimoine campanaire.

Par ailleurs, le carillon a dépassé son aspect pratique originel pour devenir un art musical complet avec ses oeuvres et ses musiciens. Cette pratique musicale native du nord de la France s’est diffusée dans le monde entier. Les concerts attirent un large public et certains passionnés étrangers n’hésitent pas à faire le déplacement pour admirer les instruments dans leurs écrins que sont les beffrois.


Cloches & carillons
Get the Flash Player to see this player.
 

Copyright © 2006     Crédits - Mentions légales     Contact     Plan du site
Association Beffrois & Patrimoine - Hôtel de ville - Place des Héros - 62000 Arras