La carte des Beffrois

Actualités

Armentières
MONTEZ QUAND VOUS VOULEZ!!!

Vous êtes au moins 2 et vous souhaitez monter au beffroi...passez nous un petit coup de fil pour prendre rendez-vous et nous mettons un guide à votre disposition (du mardi au samedi). Tarifs : 3€ par personne 1€ pour les enfants de 6 à 12 ans.

Office de Tourisme d'Armentières - 33 rue de Lille 59280 Armentières - Tél : 03.20.44.18.19

ot.armentieres@wanadoo.fr   www.armentieres.fr/tourisme


En savoir plus >

Newsletter
Inscrivez-vous  
Désinscription
> L'architecture et les décorations des Beffrois > Cloches et carillons > Les cloches - En savoir plus


Les cloches

Cliquez pour fermer le zoom

Avant l’apparition de l’horloge, la cloche était pour les habitants un véritable point de repère. Elle jouait un rôle primordial puisqu’elle régissait les différents temps de la journée (lever du soleil, couvre-feu, heures de travail et de repos, convocations, invitation à prendre les armes…). Les habitants étaient fortement attachés à leurs cloches qui étaient les premiers signes tangibles de l’indépendance de la cité. Ces cloches, souvent refondues, ont traversé les siècles mais les guerres du XXème siècle ont représenté un véritable désastre.


Cliquez pour fermer le zoom

La cloche était également appelée clocque ou banclocque.

Les habitants, très attachés à celles-ci, leur avaient attribué des noms, la plupart du temps en fonction de leurs rôles. Ainsi, à Arras la «Joyeuse» sonnait les entrées des souverains et les fêtes. La «Cloque» des Portes de Douai indiquait les heures de travail et de repos, le «Timbre» signalait les dangers et le «Vigneron» annonçait le couvre-feu.

Bien qu’invisibles aux yeux de la majorité, ces cloches sont pourtant de véritables œuvres d’art. Objets uniques, elles sont très souvent ornées de textes courts, de dates, de blasons et de différents motifs. Textes et dates racontent par qui elles ont été fondues, quand et pourquoi. Les blasons représentent les armes traditionnelles de la ville et les décorations sont des signes religieux, des symboles de pouvoir ou des motifs naturalistes.

Fortement convoitées pour leur bronze, ces cloches ont été largement coulées pour en faire des boulets ou emportées par les soldats allemands pendant les guerres. Parfois elles ont simplement été détruites lors des bombardements et incendies. Après les deux guerres mondiales (surtout la première), les municipalités décident la rénovation, la refonte ou la pose de nouvelles cloches.

Les fondeurs les plus reconnus étaient alors Wauthy, Michiels, Bollée ou Paccard.


Copyright © 2006     Crédits - Mentions légales     Contact     Plan du site
Association Beffrois & Patrimoine - Hôtel de ville - Place des Héros - 62000 Arras