La carte des Beffrois

Actualités

Armentières
MONTEZ QUAND VOUS VOULEZ!!!

Vous êtes au moins 2 et vous souhaitez monter au beffroi...passez nous un petit coup de fil pour prendre rendez-vous et nous mettons un guide à votre disposition (du mardi au samedi). Tarifs : 3€ par personne 1€ pour les enfants de 6 à 12 ans.

Office de Tourisme d'Armentières - 33 rue de Lille 59280 Armentières - Tél : 03.20.44.18.19

ot.armentieres@wanadoo.fr   www.armentieres.fr/tourisme


En savoir plus >

Newsletter
Inscrivez-vous  
Désinscription
> Histoire & Traditions > Données générales > Historique des usages des beffrois

Le beffroi était le moyen pour une commune de matérialiser et de symboliser sa place dans la féodalité. Mais cette tour communale avait également une utilité pratique et remplissait diverses fonctions. Toutefois ces usages n’étaient pas tous remplis simultanément par chacun des beffrois et le contexte historique a joué un rôle sur l’importance de certaines fonctions.


Le beffroi comme tour de guet et de surveillance

Cliquez pour fermer le zoom
Le guetteur d'Aire-sur-la-Lys
Placé sur le chemin de ronde, le guetteur du beffroi, Eugène Delvart, signalant un incendie à l'aide de sa trompe.
Le guetteur d'Aire-sur-la-Lys

Le beffroi était le gardien de la ville, par sa hauteur il permettait de détecter rapidement tout départ de feu ou invasion. A cette fin, des terrasses, tourelles ou galeries à claire-voie étaient aménagées pour les guetteurs. Employés par la Cité, les guetteurs sont les gardiens de la sécurité. Egalement appelés waites, touriers ou encore gallus, ils effectuent des gardes de douze heures avant d'être relayés. Le guetteur remplit son rôle d'alarme à l'aide d'une trompe, sorte de cor en cuivre délivrant un son puissant. Il donne ensuite la direction du danger à l'aide de drapeau, lanterne ou pot à feu. A chaque heure, le guetteur sonne sa trompe et s'adresse à la population. "Il est dix heures, priez pour les trépassés" à Bergues ou encore "Cambrésiens, dormez en paix, le Gallu veille". Il s'agit là en fait d'un moyen de prouver sa vigilance.


Cliquez pour fermer le zoom
Trompe de Guetteur
Ce cor en cuivre fut utilisé par le guetteur du beffroi d'Abbeville.
Trompe de Guetteur

La fonction de guetteur s'éteint peu à peu, victime des progrès technologiques. Elle s'est cependant maintenue fort longtemps dans certaines cités. A Aire-sur-la-Lys, Eugène Delvart fut guetteur jusqu'au 9 mars 1914, date à laquelle un incendie ravage le beffroi. Eugène Tourniquet décède le 31 mai 1931. Il fut le dernier guetteur du beffroi de Boulogne sur Mer. Le dernier guetteur connu fut celui du beffroi de Tirlemont, en Flandre. Il s'appelait Edouard Prinsen et fut guetteur jusqu'au 9 février 1940, date de son décès.


Le beffroi comme arsenal et corps de garde

Le beffroi était aussi utilisé comme corps de garde pour les soldats qui faisaient le guet au sommet et dans les rues de la ville. Une pièce renfermait les armes qui étaient distribuées aux milices communales en cas de danger.


Le beffroi et les réunions échevinales

Le droit de justice avait été accordé de bonne heure aux bourgeois. Ces juges, élus par la population, s’appelaient échevins ou scabini. Leurs attributions, purement judiciaire au départ s’étendirent par la suite à l’administration de la ville.

C’est dans une salle de réunion qu’ils prenaient les décisions nécessaires au maintien des intérêts de la ville : entourer la cité de solides remparts, lever des impôts pour les entretenir, équiper des milices…


Le tribunal et la prison

Cliquez pour fermer le zoom
Beffroi d'Hesdin
Cette massive porte de cachot est la seule entrée/sortie de la cellule aménagée dans le sous-sol du beffroi.
Beffroi d'Hesdin

Au Moyen Âge, chaque seigneur dispose d'un droit de justice sur ses terres. Le "seigneur commune" se voit attribuer le même privilège par le biais de la charte de franchise communale. Echevins et mayeur disposent donc d'un droit de justice s'étendant sur le territoire intra-muros de la Cité. Il devient donc indispensable pour chaque commune de disposer d'un lieu pour rendre la justice et la faire appliquer. La salle échevinale du beffroi tient donc lieu de tribunal et les personnes condamnées sont ensuite emprisonnées dans l'une des pièces du beffroi réservée à cet effet.


Le beffroi coffre-fort

Cliquez pour fermer le zoom
Coffre-fort du beffroi de Bruges
Coffre-fort du beffroi de Bruges

Chaque commune possédait un trésor qu’elle se devait de protéger. Il était notamment composé de numéraires, d’objets précieux, de sceaux en argent,… et surtout de chartes. Elles étaient conservées précieusement dans des coffres.


Le beffroi, métronome de la cité

Cliquez pour fermer le zoom
Le beffroi d'Ypres et ses guetteurs vers 1363
Vignette de Boutry
Le beffroi d'Ypres et ses guetteurs vers 1363

En parallèle de toutes les fonctions évoquées auparavant, le beffroi avait un rôle fondamental qui est celui de régler temporellement la vie de la commune en indiquant les heures.Les cloches jouaient une fonction importante dans les villes du Moyen Âge et une salle spéciale leur était réservée au sommet du beffroi. Elles annonçaient le lever du soleil et le couvre-feu, signalaient les heures de travail et de repos, convoquaient les assemblées du corps échevinal, appelaient les bourgeois à prendre les armes et signalaient les incendies.

Sur la dernière plate-forme, se trouvaient les guetteurs ou sonneurs de trompe qui, armés de leur petit cor de cuivre, jouaient un air connu et criaient ensuite l’heure aux quatre vents. Cela permettait à chacun de se repérer dans le temps avant l’apparition de l’horloge.


Cliquez pour fermer le zoom
La bretèche d'Hesdin
La bretèche d'Hesdin

Enfin, c’est de la bretèche (sorte de balcon) que se faisaient les proclamations au peuple : arrêts de justice communale, lois et règlements,… Cette bretèche avait un rôle symbolique fort, celui de l’expression orale du pouvoir vers le peuple.


Copyright © 2006     Crédits - Mentions légales     Contact     Plan du site
Association Beffrois & Patrimoine - Hôtel de ville - Place des Héros - 62000 Arras